Différencier les erreurs des échecs, ou comment arrêter de mettre un pied dans les portes qui se referment comme un couperet.

Écrit par Claire | Catégorie Mindset | Publié le 03.06.2021

Dans un article récent, je t'ai parlé monstres verts et jaune, moments Dark Frictions, frustrations et l'immense bénéfice que tu peux avoir à faire un check-up régulier de tes valeurs.

Parce qu'elles te permettent de savoir si tu es toujours en phase avec ce que tu fais. Tous les jours. De. Ta. Sainte. Vie.

Si tes valeurs tu les connais, si tu les sors de ton tiroir régulièrement ou que tu les as en amulette quand tu travailles sur ton projet phare, tant mieux Sister. High five! (Si tu ne les connais pas, je te recommande ce guide gratuit)

Mais il y a des fois où même tes valeurs ne vont pas te sauver. Parce qu'elles ont beau te permettre de mettre toutes les chances de ton côté niveau satisfaction, bonheur, harmonie et flow, il y a des fois, ça suffit pas.

Parce que, comme tout le monde sur cette Terre, tu fais des erreurs et tu foires.

Le projet que tu as commencé il y a 2 mois pour développer ton business, il a foiré. Il a beau être aligné avec tes valeurs, tu as eu beau vaincre ta procrastination pour le faire avancer, il est merdique. Et même en l'entourant d'un ruban rose avec des pois blancs, il est toujours aussi merdique.

Oui,c'est chiant, et c'est rageant, mais un projet merdique est un projet merdique, même si tu t'accroches pour le sauver des tréfonds des marais morts de la terre du milieu*.

Je le sais parce que la dernière fois que j'ai foiré un projet (une offre de coaching zarbi), je n'ai pas voulu l'admettre pendant des jours, et des nuits, et des lustres, et des lunes, et des semaines.

Et qu'au lieu d'avancer dans mon business, qui lui est super génial (mais ça tu le sais), je me suis retrouvée la poitrine enserrée en tentant de sauver mon projet, mon ego et ma fierté par dessus le marché.

Ce que je veux te montrer par là Sister, c'est que les erreurs, les trucs merdiques que tu fais, ce ne sont pas eux qui te mettent dans une situation d'échec. C'est le fait de s'y accrocher et de ne pas les reconnaître comme telles.

Si tu oses, tentes, expérimentes, bref si tu prends le contrôle de ta vie, tu vas foirer. Un nombre gigantesque de fois. C'est inévitable, Sister.

Tu vas faire des erreurs. Des petites, des grandes, des magistrales et des sans conséquences. Et tu vas apprendre d'elles. C'est même généralement dans les trucs merveilleusement foireux que tu vas apprendre avec certitude ce que tu ne veux pas dans ta vie.

L'échec n'est pas dans l'erreur.

Mais dans ton attitude face à l'erreur. Dans le fait que tu t'y accroches désespérément comme si ton salut, et ta vie, et ton café du matin en dépendait.

Parce que les erreurs, c'est comme des portes qui claquent bruyamment et t'indiquent la direction à ne pas prendre.

Elles apportent une certitude salutaire qui te permet de mieux réorienter ta vie, ton projet ou la recette de ton smoothie groseilles menthe poivrée.

Mais imagine que cette porte qui était en train de se fermer, tu mets un pied dedans en te disant "non! C'est moi qui l'est ouverte! Ça ne peut donc pas être si mauvais! Et puis c'est moi qui la fermerait, quand je veux!"

  • Primo ça fait mal.
  • Deuzio, ça fait un peu l'effet d'une fillette de 5 ans tapant du pied pour avoir une troisième caramel.
  • Et tertio, c'est nier les faits concrets et les signaux de tous bords qui te disent, que non, décidément, ton projet est merdique.

Eh bien le pied dans la porte Sister, c'est un peu ce que l'on fait toutes quand on s'accroche à un projet que l'on a façonné avec nos petites mains mais qui ne nous apporte rien ou plus rien.

Il est si facile de se comporter en fillette de 5 ans qui crie pour avoir ses caramels.

Au lieu de camper fermement sur ses deux jambes, les bras sur les hanches et regarder avec des yeux de cougar la porte se refermer en appréciant le bruit-couperet de sa fermeture.

Et de terminer le chapitre en disant: "Eh bien, voilà une bonne chose de faite. C'est mort. On peut passer à autre chose."

Alors la prochaine fois que tu sens qu'un truc est vraiment foireux dans ta vie, Sister, n'aie pas peur de le laisser aller (je te parle du lâcher-prise, celui que toutes les guerrières attentives devraient adopter, dans cet article).

Et rappelle-toi que l'échec ne se trouve pas dans le fait de l'abandonner et de reconnaître ton erreur.

Mais bien dans celui de mettre un pied dans la porte.

xoxo
Claire

* Le seigneur des anneaux, ça fait des lustres que je ne l'ai pas lu ou revu, mais j'aime bien le concept de la bague qui rend invisible... et Gollum. Ça représente tous les objets brillants, les belles vérités, la positivité factice derrière lesquels il est si facile de se cacher parce qu'ils sont jolis, idéaux, parfaits, impeccables. Alors qu'ils t'aliènent souvent de la pire des manières (pensée triste pour Gollum).

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>