Le minimalisme informationnel, pour arrêter de dépenser jus de cerveau et temps précieux à des trucs sympas mais superflus

Écrit par Claire | Catégorie Mindset | Publié le 02.07.2021

Il y a quelques semaines, j'ai entrepris de me lancer dans le minimalisme informationnel de façon proactive. J'avais besoin de faire le vide dans ma tête, dans mes idées et donc dans les informations que je reçois.

C'est un truc que je trouve fascinant, l'influence du fatras d'informations que nous recevons à longueur de journée sur notre état d'esprit, notre productivité et notre niveau d'énergie.

Parce que ça me fait sérieusement penser au syndrome de la boite aux lettres remplie de tracts publicitaires. 

Imagine que tous les jours, tu doives trier ta boite remplie de rabais pour des manucures, demande d'abonnement pour le dernier magazine bio-eco-vegan, partis politiques en mal de supporters, cadeaux dans le magasin que tu adores (à condition que tu achètes pour 150 balles), pour enfin, après avoir subi tout ce lavage de cerveau plutôt séduisant, tu trouves la lettre de ta grand-mère adorée partie en Amérique du Sud il y a 2 mois et qui te donne enfin de ses nouvelles.

Ce monstrueux surplus d'informations t'a mis dans un état que tu n'imagines même pas:

  • Les offres, magazines, cadeaux, rabais sont toutes alléchantes, et bien que tu ne les ai pas demandées, certaines s'immiscent en douce dans ton joli cerveau et te susurrent telles des sirènes: "Et si je me laissais tenter par des ongles multi-couleurs version arc-en-ciel?" "C'est vraiment pas mal ce magasine vegan punky!" "Ouah, le rabais dans mon magasin préféré, c'est maintenant ou jamais!"
  • Tu passes un temps infini à parlementer avec ton cerveau pour lui dire que non, tu n'as pas besoin de ces choses-là, et que oui, ton compte est proche de la zone danger et que non, même pas pour un abo qui coûte moins d'un café par semaine.
  • Tu es vidée, éreintée et la joie que tu aurais de recevoir la lettre de ta grand-mère, précieuse comme tout, s'éteint d'elle-même tout à coup parce que tu as dépensé tout ton jus pour fighter contre les infos tox. (contraire de détox).
  • Ton ado arrive dans la cuisine et te demandes (encore) 20 euros pour s'acheter un truc à la boutique du coin dont elle a absolument besoin. Dans un état proche de l'amnésie cérébrale, tu lui dis oui sans même y penser à deux fois.

Comme tu vois, il est très facile de se retrouver complètement vidée par une simple pile d'informations sympas mais superflues, qui ont été gentiment apportées par ton postier préféré (qui n'y est pour rien, moi je l'aime bien, mon postier, surtout quand il m'apporte le seul et unique magasine auquel je suis abonnée).

Et attention Sister, tu as exactement le même effet sur tes informations digitales.

Les dizaines d'emails que tu reçois. Les centaines de postes insta, facebook, pinterest que tu visionnes. Ils ne te vendent pas que des abonnements, mais aussi des rêves ou des inspirations ou des trucs et astuces. Mais l'effet délétère est exactement la même chose car (1) le temps que tu passes à faire défiler, c'est du temps potentiellement productif qui t'appartient et (2) tu dois aussi démêler toutes les inspirations/idées/trucs à essayer que tu reçois.

As-tu vraiment envie de passer la majeure partie de ton temps à trier parmi tout ce que tu reçois? La majeure partie de ton jus de cerveau à décider ce que tu veux regarder de plus près?

Trop d'informations tue l'information. 

Alors la prochaine fois que tu ouvres ton réseau social préféré, que tu décides de t'abonner à une énième carte de magasin pour gagner des points, ou de suivre tel ou tel site internet qui te botte, pose-toi bien la question du retour sur investissement.

xoxo
Claire

PS: Pour ma part, voici la stratégie de minimalisme informationnel que j'ai mis en place:

  • J'ai réduis drastiquement les newsletters auxquelles je suis abonnée (et j'élimine toujours régulièrement) pour ne garder que celles qui m'apportent quelque chose (comme celle-ci, j'espère pour toi, Sister!).
  • Je ne lis pas les newsletters dès que je les reçois mais je mets celles qui m'intéressent dans un dossier "à lire dans la semaine", les autres direct dans le trash, et je me tape une lecture easy avec un bon café quand je décide de le faire.
  • Je refuse systématiquement les cartes de magasin (oui, même si je peux économiser quelques francs) et je n'en ai que 3, de mes magasins d'alimentation usuels.
  • Je limite mes temps de réseaux sociaux aux heures creuses (ce qui revient à regarder un épisode youtube de 8 minutes le matin à mon petit-dej' et en mangeant le midi quand je n'ai pas mes filles).
  • Je lis régulièrement l'article que j'ai écrit sur le lâcher-prise et l'art d'éliminer que toute guerrière attentive comme toi devrais avoir au moins lu une fois dans sa vie.
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>