La roue de Hudson ou comment accepter marais putrides et volcans explosifs comme des phases de vie normales (et superbement constructives)

Écrit par Claire

|

Si tu t'es déjà retrouvée dans un moment de ta vie où tu ne savais plus où était le haut et le bas, que tu avais l'impression d'être prise dans une tempête intra-sidérale, où tu ne savais plus quoi penser, quels sentiments tu avais (nom de dieu, je suis p** triste ou je pleure de joie?), c'est normal Sister.

Si tu t'es déjà retrouvée en train de tout faire exploser autour de toi comment un volcan en éruption en foutant en l'air tes habitudes, en essayant mille choses sans jamais en finir une seule, c'est aussi normal Sister.

Tempêtes et volcans font partie de la vie. Et sont même terriblement constructifs si tu accompagnes le mouvement.

Il y a même un outil très pratique qui permet de mieux comprendre ces périodes spéciales.

La roue de Hudson.

Non, ce n'est pas un doughnut à la crème rose bonbon avec des paillettes de chocolat de toutes les couleurs. Mais bien un outil de coaching super pratique dont je veux te parler ici.

Dans cet article, tu vas apprendre à comprendre l'utilité de ces moments chaotiques, leur signification dans un cycle plus large de développement et à quel point il est important de les accompagner.

Surtout, j'espère qu'à l'issue de cet article tu en auras moins peur et que ton anxiété qui te répète à longueur de journée que "Ouh là là, c'est le bordel, il y a donc quelque chose qui ne va pas!" disparaîtra pour laisser la place à une attitude de guerrière attentive (je t'explique plus tard).

Maintenant, ce changement n'est pas un processus linéaire et tu risques d'être confrontée à des moments chaotiques. Ce bonus a pour but de te montrer que ces moments de perte de repères sont tout à fait normaux. En comprenant leur utilité, tu en auras moins peur, tu pourras les gérer plus facilement, et le fait de changer ne sera plus une source d'anxiété si c'était le cas auparavant.

La roue de Hudson ou comment arrêter de vouloir grimper une montagne en ligne droite

Si tu me connais un peu, tu sais probablement que j'adore courir, marcher, grimper, sauter, bref bouger. (Et chatouiller les tigres de temps en temps par la même occasion). Et que je vis en Suisse à 20 minutes des montagnes. J'ai une passion assez sauvage genre amour-haine avec elles, mais il y a un truc que je sais:

Bouger + Montagnes = Grimper en haut = Marcher une putain de randonnée pour arriver au top.

Et marcher une putain de randonnée pour arriver au top, c'est plus ou moins ce que nous faisons toutes dans notre vie.

Nous marchons à différentes allures. Nous grimpons. Nous descendons. Nous nous reposons. Nous apprécions le paysage. Nous rencontrons d'autres randonneurs comme nous. Et nous arrivons au bout de notre randonnée pour nous reposer enfin du sommeil du juste.

Bref, vivre, c'est randonner. Ce n'est jamais la même chose. Le paysage change. Le temps change. Et tu changes par la même occasion. Et généralement, il est pratiquement impossible de randonner direct en ligne droite d'une seule traite sans faire des milliers de détours.

Ce qui fait terriblement sens.

Nous ne vivons pas en ligne droite.

Car la vie n'est pas une ligne droite.

La vie est une superbe série de cycles.

Tu ne vis pas en ligne droite. Je ne vis pas en ligne droite. Nous ne vivons pas en lignes droites. Car la vie n'est pas une ligne droite. C'est une putain de superbe série de cycles.

Clique pour Tweet

Et ces cycles nous changent profondément. Si tant est que l'on accepte le changement et qu'on comprenne à quel point ils peuvent t'aider à t'épanouir et faire enfin éclore ce putain de papillon aux ailes de feu qui dort au fond de toi.

Pour mieux appréhender ces cycles de changement, Frederic M. Hudson, un psychologue américain spécialiste du changement, a mis au point un modèle appelé cycle de renouvellement ou roue de Hudson.

Ce modèle décrit le changement en 4 étapes dont je te parle en détail maintenant.

Les 4 phases de la roue de Hudson

Le cycle de changement développé par Hudson décrit 4 états bien particuliers, qui ont tous des particularités spécifiques. Essaie de te retrouver dans l'une de ces 4 phases.

Mais rappelle-toi un modèle est un modèle, rien de plus, et il se pourrait très bien que tout soit un peu mélangé genre smoothie coconut-épinards (j'ai essayé et c'est bon). Normal, l'important est que tu aies une vue d'ensemble du processus et que tu comprennes comment l'intégrer au lieu de te battre inutilement en ramant à contre-courant.

Phase 1: Énergie, Satisfaction et Plage de sable fin et mocktail Copacabana

La phase 1, c'est lorsque tout baigne. Tout va bien. Tu pètes le feu, tu es pleine d'énergie ciblée, focus objectifs, positive, tu vois le verre à moitié plein et pas à moitié vide (ce qui est super génial quand ce verre contient ton cocktail préféré), et tu es déterminée à réussir.

Ta vie est tranquille, passionnante, sans trop de frustrations et productive.C’est la phase que la plupart d’entre nous trouvent la plus confortable.

Tout roule.

Ce sont les périodes de ta vie où tu ne te poses pas trop de questions. Idéal pour affiner tes objectifs, optimiser tes habitudes et simplement apprécier le soleil et tout ce qui te fait du bien, y compris la glace au chocolat noix de pécan ou les smarties peanut.

Mais à un moment donné, un grain du sable sur lequel tu te dorais la pilule va rentrer dans ton maillot de bain et commencer à faire du grabuge.

Tu vas commencer à te sentir insatisfaite. De ton travail, de ton environnement, de la qualité de tes relations, de ta vie. Les activités qui étaient autrefois si enrichissantes commenceront à paraître routinières et moins stimulantes. Un truc commence à clocher.

Tu essaies encore de t'accrocher. Tu forces à suivre ta vie réglée, normale, comme d'hab'. Mais rien à faire, ça ne veut pas. Tu sens inconsciemment qu'il faut que tu passes à autre chose.

Et tu glisses doucement dans la phase 2.

Phase 2: Frustration, Marasme et Marais brouillard où tu ne vois plus rien, y compris toi-même

La phase 2, c'est lorsque l'on admet enfin que quelque chose cloche mais on ne sait toujours pas quoi. Ton énergie est basse, tu te sent épuisée, coincée, incapable de voir plus loin que le bout de ton nez, les routes possibles et encore moins s'il y a une route devant toi.

C'est un marais où la distinction terre ferme et plans d'eaux n'existe pas. Tu patauges dans la boue. Entre deux zones. Tu n'avances plus ou presque plus. Tu te sens en décalage. Tu peux ressentir l'ennui, te transformer en sorcière négativité tout dark, te retrouver à réagir aux moindres frustrations et trouver que tout est bullshit.

Une partie de ta vie commence à ressembler à un chateau de cartes qui menace de s'effondrer. Et que tu as, d'une certaine manière, sacrément envie de détruire d'un coup de pied bien placé.

Mais comme tu vois pour le moment aucune autre solution, aucune voie de sortie, et que tu n'as aucune énergie pour tenter de trouver un chemin dans ce marasme globuleux et franchement opaque, tu laisses courir et tu t'enlises.

Temps mort dans les marais de l'insatisfaction et du ressentiment.

Selon Hudson et McLean, les inventeurs du cycle, les adultes ont tendance à rester en phase 2 plus longtemps que partout ailleurs dans le cycle, parce qu'ils se sentent immobilisés par des forces extérieures à eux-mêmes.

Et puis il y a un moment où une éclaircie se fait voir. Tu commences à allumer ton feu intérieur, tu retrousses tes manches et tu te guides à dieu va pour faire changer les choses.

Deux choix s'offrent à toi:

  • Tu sens que ta vie d'avant, c'est pas si terrible que ça, et qu'en changeant un truc ou deux, ça devrait le faire. Alors tu changes une habitude par ci, un objectif par là et c'est reparti pour la phase 1.
  • Tu enfiles tes Doc Martens et finit par vraiment mettre ce coup de pied bien placé dans une partie de ta vie. Tu as ressenti, senti, pensé, peu importe, qu'un changement de fond est nécessaire. Tu passes alors à la phase 3.

Mais avant de passer à la phase 3, Sister, quelques conseils pour passer la phase 2 dans les meilleures conditions, c'est à dire en évitant de te détruire complètement en même temps qu'une partie de ta vie.

Je sais que la vie peut être suprêmement traîtresse et remplie de trucs zarbi qui font mal. Même très mal. Et que la meilleure façon, c'est de rester flexible, attentive et engagée, proactive.

Mais n'essaie pas de sortir à tout prix du marais en te jetant sur la première solution "cheap" qui s'offre à toi, ou en essayant de raccommoder ta vie à coups de scotch. Je te parle de l'horrible méthode scotch et de la bien meilleure méthode Deep Fly pour résoudre tes problèmes dans cet article.

Parce que d'abord cela ne va rien t'apporter, à part un retour à la case départ du marais en un rien de temps. Et puis parce que quand tu es dans cette phase, tu n'as pas vraiment beaucoup d'énergie. Alors autant garder le jus qui te reste pour (1) survivre à ces moments en mode cocon (fais-toi des petits plaisirs ponctuels) et (2) enclencher le mode intuitif pour trouver des solutions plus durables.

Une bonne manière consiste à noter tout ce qui te gêne, t'agace, te frustre, te fous en rogne, te stresse, t'énerve. Fais-le dans un cahier spécial que tu remplis au fur et à mesure. Et de laisser agir ton instinct de louve pour décider de ce qui reste dans ta vie et ce qui doit être expédié manu militari hors de ton royaume.

Une fois que ce qui doit virer de ta vie devient suffisamment clair, tu vas voir que naturellement, tu vas passer en phase 3.

Phase 3: Deuil, Introspection et Forêt nocturne qui fourmille de mille potentialités ... encore invisibles

Dans la phase 3, tu as maintenant réalisé ce que tu voulais dégager de ta vie. Tu te désengages des choses qui ne sont plus satisfaisantes. Toxiques. Mal adaptées. Stériles.

C'est un moment de deuil. Et les deuils, ça fait mal, mais c'est sacrément nécessaire. C'est une manière inconsciente de faire le tri dans ce qui vient de mourir pour n'en garder que le meilleur, souvenirs, leçons de vie, apprentissages de toutes sortes, et de virer le reste de ta mémoire.

Ceci est vrai que ce soit pour le deuil d'une personne de ton entourage, le deuil d'une idée, d'une activité, d'une relation, d'un projet ou d'un objectif.

Si tu as du mal avec cette idée de virer ce qui ne fonctionne plus dans ta vie, je te conseille fortement cet article qui va te montrer en quoi abandonner va te faire gagner un max.

Dans cette phase 3, il y a de fortes chances que tu te sentes renfermée, émotive, incertaine, plus calme que d'habitude. Dans l'introspection. Et pas franchement super emballée par l'action en tout genre.

Ce qui est tout à fait normal, Sister. Parce que tu as besoin de temps pour libérer complètement la place que tu viens de faire et laisser germer les trucs que tu as envie de voir fleurir dans ta vie.

Comme une forêt en mode nocturne, c'est pas encore le moment de partir à la cueillette des champignons et des baies de toutes sortes. Tu dois d'abord acclimater tes sens pour détecter ce qui pourrait être intéressant pour toi. (Si le parallèle avec la forêt te parle Sister, lis cet article sur les animaux totem et ce qu'ils peuvent t'apprendre en mode intuitif sur toi et tes besoins du moment).

La phase 3 n'est pas encore le bon moment pour chercher des solutions concrètes. Mais plutôt de tater le terrain dans le noir afin d'appréhender les mille possibilités qui s'offrent à toi.

Pour accompagner le mouvement, rien de tel que de consacrer un max de temps pour toi, en mode selfish c'est bon et ça permet de mieux me connaître.

Tu peux par exemple pratiquer l'écriture intuitive, créer sans aucun but précis ou t'exprimer de n'importe quelle manière, que ce soit en dansant comme une folle sur des rythmes endiablés (Check cette musique que j'adore), en te lançant dans une recette vegan à couper le souffle où en essayant une nouvelle teinture de cheveux temporaire (c'est génial, le vibrant pink m'a donné la pêche pendant 3 bonnes semaines).

Une fois que tu t'es bien connectée à ton monde intérieur, tu vas spontanément glisser dans la phase 4, celle pour laquelle j'ai un petit faible mais qui peut être sacrément épuisante.

Phase 4: Expérimentation, Découverte et Volcans explosifs avec paillettes d'actions qui partent dans tous les sens

Quand j'étais petite, on avait chez ma grand-mère une malle à déguisements et trucs divers / loufoques / nouveaux dans laquelle on adorait explorer. Généralement, on sortait les affaires à la vitesse grand V, on en jetaient certains après un coup d’œil vite fait, on en essayait d'autres avant de les reposer dans la malle et on en choisissait quelques-uns avec lesquels on inventait une histoire.

Eh bien c'est exactement ce qu'est la phase 4. Un immense terrain de jeu où tu vas pouvoir essayer, explorer, découvrir, tester, créer, et finalement choisir ce qui te convient le mieux pour le prochain chapitre de ta vie.

Tous les trucs qui tu as ressentis ou envisagés dans la phase 3, tu les explores dans la phase 4. Mais pour bien profiter de cette phase, il faut la jouer version volcan explosif. Avec des paillettes de feu qui partent dans tous les sens, peu importe que ça fasse un magma informe au départ.

Ce que je veux dire par là, c'est que si tu limites ta phase 4 à décider de mettre en place 2 ou 3 trucs envisagés dans la phase 3, de leur écrire un plan sur mesure avec objectifs SMART et tout le toutim, et de les inscrire noir sur blanc avec horaires fixes dans ton agenda,c'est mort Sister.

Tu viens de rater la partie la plus fun.

Parce que la phase 4, c'est fun. C'est un immense bordel, mais c'est fun.

C'est une pièce de théâtre où tu essaies de nouveaux rôles mais sans t'engager vraiment dans aucun.

C'est une période ou tu apprends des nouveaux trucs, tu acquiers de nouvelles compétences mais sans les appliquer à quoi que ce soit de concret.

La phase 4, c'est d'abord une phase de découverte, de curiosité, d'expérimentation, avant d'être une phase de décision.

C'est le moment où tu vas pouvoir mieux définir non seulement ce que tu aimerais AVOIR dans ta vie, mais ce que tu ES en train de devenir.

Le processus de changement a commencé dès la phase 2, mais c'est dans la phase 4 où tu commences à en sentir les effets concrètement. Tu découvres ton nouveau toi. Et c'est pour cela qu'il est si important de laisser tout le processus de la phase 4 se dérouler.

Et puis, une fois que tu as fait plus ou moins le tour de ce que tu voulais expérimenter, tu vas commencer naturellement à entrevoir une voie que tu aimerais suivre et dans laquelle tu es prête à t'engager à plus long-terme.

Après le volcan explosif où ton énergie part dans tous les sens, tu commences à vouloir canaliser ton énergie sur quelque chose de concret et de bien défini. Tu redeviens focus, et centrée objectifs. Te voilà repartie pour la phase 1.

Comment accompagner le changement tout en restant authentique

Alors maintenant que tu connais les 4 phases, j'espère que tu vas moins flipper la prochaine fois que tu commences à dévier sérieux de ta vie bien huilée de tous les jours que tu as depuis des lustres. Ça peut être simplement, tout simplement, un cycle de changement qui est en train de s'enclencher.

Je te rappelle brièvement les 4 phases et je t'oriente vers des articles qui te permettront de profiter un max de celles-ci:

Phase 1: Tout roule. Énergie, Satisfaction et Soleil se relaient pour te faire avancer. Ton focus est sur la réalisation de tes projets et l'optimisation de ce qui est déjà dans ta vie. Voici un article pour devenir une pro du temps et un autre sur les routines du soir.

Phase 2: La frustration monte. Tu es agacée mais tu ne sais pas vraiment par quoi. Tu continues à vivre ta vie mais tu es en décalage. Essaie de voir ce que cachent tes frustrations chroniques grâce à cet article qui te parle de tes valeursCet article décrit la méthode Deep Fly et t'aide quant à lui à passer à la phase 3.

Phase 3: Tu as mis à jour les choses qui ne te vont plus. Tu es dans une phase de deuil, d'acceptation et de régénération. Passe en mode intuitif en parlant à ton animal totem (voir cet article) ou apprends de tes émotions négatives grâce à cet article.

Phase 4: Ton énergie est de nouveau haute, mais désordonnée. Tu explores de nouvelles possibilités. Tu essaies de voir quelles solutions, quels changements tu pourrais mettre en oeuvre. Une fois que tu as trouvé, tu retournes à la phase 1. Profites-en pour tenter de nouvelles choses avec ton corps (j'en parle ici), apprendre sur la procrastination si c'est un truc que tu veux améliorer (cet article contient 47 solutions que tu peux essayer sans te mettre la pression) ou essayer de mettre en place de nouvelles habitudes (cet article t'apprend tout sur les habitudes).

J'espère que cet article t'a permis de mieux comprendre les périodes zarbis de ta vie et de les apprécier à leur juste valeur. Maintenant, n'oublie surtout pas, Sister, de rester authentique.

Rester authentique, ce n'est pas de rester fidèle à ton selfie d'il y a 4 ans, mais bien d'accompagner le changement de manière naturelle et spontanée.

Si ton cycle à toi se définit d'une manière différente que la roue de Hudson en plus chaotique ou en skippant presque une des phases, pas de problème Sister! Ce n'est pas ton problème, c'est celui de tous les modèles qui ne sont rien d'autres que ... des modèles. La vie, c'est généralement légèrement plus compliqué qu'un modèle, même si celui-ci est vachement bien foutu et hyper utile.

De manière naturelle et spontanée, c'est aussi se laisser le temps de pleurer, d'être en colère, frustrée, énervée, irritée et de devenir socialement intolérable dans les moments particulièrement chaotiques et négatifs. Sans pour autant tomber dans le mauvais côté de la force.

De manière naturelle et spontanée, c'est aussi de jouir, de rire, de déborder d'enthousiasme, de pep's, de folie dans les moments chaotiques et positifs. Sans pour autant tomber dans le mode tout le monde il est rose, il est beau et il est gentil.

Bref, apprécie tes extrêmes sans tomber complètement dedans. C'est le cœur même d'une vraie flexibilité comme seules les guerrières et les rebelles savent le faire.

Je te souhaite une merveilleuse phase Sister, qu'elle consiste à te dorer la pilule sous le soleil des tropiques ou d'écouter les chouettes et les loups hurler le soir dans les forêts du grand Nord.

Et si tu es super exaltée par cet article, n'hésite pas à laisser un commentaire en me disant dans quelle phase tu te trouves.

xoxo
Claire
Insert Content Template or Symbol
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>